Bacalhau      !!!!     :)


" Le premier marathon, pas le dernier "

C'est à l'occasion du Festatrail en mai 2016 que nous entamons la discussion "Ca vous dit un marathon??" , "Lisbonne ? Le 2 octobre ?" . 

Et quelques semaines plus tard nous avions nos dossards, il faut l'avouer, on est sur-motivé pour flâner à Lisbonne et faire un marathon ! "HEIN, mais qui à parlé de marathon ? Quoi ? 42 km ? Mais non ! "

Les entrainements marathon l'été c'est le FEU , et dans tous les sens du terme , réveil à 5 heures pour courir à la fraiche, sortie longue à la plage, fractionné etc ... A croire que le réveil pour travailler ne suffit pas :/ 


Le départ

 Nous prenons l'avion le mercredi, ainsi nous allons profiter des charmes de Lisbonne avant la course le dimanche.. Ces trois petites journées pré- marathon sont essentielles. Nous avons eu le temps de nous acclimater, de nous reposer après le vol et retirer nos dossards sans pression. 

Lisbonne est une ville magnifique, il y fait encore très bon début octobre , température aux alentours de 20 degrés minimum l'après-midi. 

Nous avons fait du shopping, mangé du bon poisson dans les restaurants, goûté du Porto.


Petit déjeuner équilibré.

" Nous préparons de super brunch " 

Pour être en forme toute la journée et visiter la ville , on prend des forces le matin. C'est agréable de se réveiller ainsi . 

 

" Ä table les Loulousssssssssss !!!!!!!! " . Je vous donne des idées pour le brunch du Dimanche au soleil  

 

En boissons, nous avons choisi du jus de fruit, du lait , du lait d'avoine, du thé, du café, du chocolat chaud Nesquick pour les grands enfants . 

 

Côté cuisine, on s'est préparé une MEGAAA salade de fruits (elle a duré tout le séjour tellement les quantités de fruits étaient astronomiques), une omelette au gruyère, des croissants, des tartines de pain, des céréales comme l'avoine; mais aussi des fruits à coques avec des yaourts . 

J'ai fait gouter le bowl cake Banane lors de ce petit déjeuner, curieux de voir le résultat mes potes ont été décus, et il y avait de quoi .. D'habitude, je vous promets, ils sont bons mes bowl cake banane .... MAIS là ... sans levure, et avec un micro-onde portugais un peu capricieux bof bof .

En attendant, la recette du bowl cake banane (pas raté) c'est ICI.


Alimentation

 Je prends des gels énergétiques OVERSTIM'S , un camelback que je remplis avec la boisson Isostar, c'est une préparation isotonique (même concentration en soluté que l'intérieur de nos cellules). Elle permet une bonne hydratation, un apport en énergie tout au long de l'effort et elle a une action antioxydante .

Les gels Overstim's eux sont un concentré d'énergie, booster, certains sont avec de la caféine, d'autres avec des minéraux ou vitamines spécifiques (il y a de nombreuses variantes) . 

J'ai eu l'occasion de tester les gels GU ( cf Marathon Barcelone).

Les GU ont meilleur gouts, mais ils sont plus pâteux et donc plus difficile à consommer pendant l'effort; au contraire, les Overstim's sont liquides, et j'ai eu la sensation qu'ils apportent un réel "coup de fouet" !!! 

Légère et décontractée

Un T-shirt Marathon de Lisbonne marque KALENJI de Decathlon, il est agréable à porter, aéré au niveau de la poitrine avec des petites poches sur le côté, il est près du corps. 

Un short Nike , court car il va faire chaud..



LE JOUR J

Réveil à 5 heures, petit déjeuner , je ne change pas mes habitudes alimentaires, je bois mon Nesquick avec un bowl cake banane. Je m'habille, il est 6 heures du matin, je suis prête. 

Mes amis rigolent car je suis MEGA stressée, j'attends dans le salon, dossard à la taille et mes baskets aux pieds. J'ai l'impression de partir à un examen, j'ai presque enfilé mon camelback dans le salon à 6 heures, je suis "au taquet" . 

Le départ est à Cascais, environ 30 km au nord de Lisbonne.


Nous prenons le tramway, puis le train (transport gratuit avec le dossard); c'est génial on retrouve plein de participants français motivés autant que nous. On essaye de se détendre dans le train "PAS FACILE". J'ai la boule au ventre. Je penses à tout, et je me remet en question depuis plusieurs semaines sur mes compétences et entrainements. J'appréhendes de ne pas finir, de rencontrer le mur au trentième kilomètre ou PIRE d'être malade.

Après 50 min de transport nous arrivons à la ville de départ. Un tour au WC s'impose pour nous (la digestion du lait ahahahah ). On va direction les WC du Macdo , c'est la queue, on a tous la même idée. 

Je vois l'heure qui défile, OHHH Mon Dieu, ils vont partir sans nous, mais faut faire la vidange...;) 

On court déjà pour rejoindre le départ OMG...

Nous sommes en retard sur la ligne de départ, il est 8 h 35 ... Heureusement nous sommes dans le sas des 4 heures et notre départ sera tardif. Nous sommes 18 000 participants. 

C'est gigantesque, et l'ambiance pfffff magique, c'est un marathon fait par l'organisation "Rock'n roll Marathon". Beaucoup de couleurs, des déguisements, des perruques ou des chaussettes colorées, c'est énorme. 

Une musique de folie, un animation au top pour faire monter l'ambiance. J'ai cette putain d'adrénaline qui monte, j'adore ça, c'est tellement BON d'être ici, wahhou d'un coup je réalise qu'on est 18000 à être dans la même "galère". 

Je cours avec ma copine, c'est le bonheur, dans 4 heures j'aurai réalisé un rêve, c'est l'objectif de tout bon RUNNER, le MARATHON. Ce mot me fait frissonner au fond du canapé.

Je vais courir 42 km en supportant cette souffrance chronique dans le but de remplir mon coeur de joie. Je n'ai jamais vécu une course aussi forte en sensations jusqu'à présent. 

Je suis là, à Lisbonne, avec ma copine à coté. Je penses à ma famille, et ma vie. 


DANS LE TRAIN

Nous partons doucement, nous longeons la plage comme vous pouvez voir sur le plan du parcours. 

 

La vue est super, plage et océan à perte de vue, grandes villas, surfeurs. 

 

Il fait déjà chaud à 9 heures 30 et nous avons parcouru 10 killométre , je prends mon premier gel. Nous discutons un peu mais le parcours est vallonné, on ne veut pas être essoufflé. On mate les surfeurs, c'est sympa cette vue. 

J'ai chaud, au ravitaillement je commences à m'aspergée d'eau. Et voilà, "flack, flack, flack" c'est le bruit que je vais entendre pendant encore 32 km. C'est bien de s'asperger, mais l'eau dégouline dans les baskets .. 

J'écoute ma playlist sur Spotify. On croise un anglais, qui court le marathon avec sa go pro, il se prend en vidéo avec nous les "petites frenchies".

 


Nous passons le SEMI-MARATHON en moins de 2 heures, nous prenons le temps de nous arrêter au ravitaillement.Banane, orange, gel énergétique, boisson, eau, fruits à coque.

 Il fait trop chaud, le parcours est moins jolie que tout à l'heure, pas de grande plage, mais plutôt une route longueeeeeee et immenseeeee. Je penses à tellement de chose en courant, j'essaye d'oublier mon corps. C'est l'objectif quand on court longtemps, il faut savoir oublier son corps, oublier ses douleurs, et plonger son esprit dans un état second.

" C'est là que je commences à être bien la course. Quand les jambes fonctionnent seules. " 

Nous nous suivons avec mon amie, à quelques mètres l'une de l'autre, on se donne beaucoup de motivation. 

Nous passons au 30 ieme kilomètre, je suis en forme, j'ai la pêche, le mur je ne le vois pas... Le parcours se fait maintenant dans Lisbonne, au milieu des grands magasins et des monuments. Seul inconvénient : les pavés... Et ouiii les rues de Lisbonne sont toutes en pavés et je ressens les impacts. 

On  passe le 38 ieme kilomètre difficilement, j'ai mal aux jambes, j'ai envie de finir.  Horrible !! Toujours des pavés et en plus de ça, nous couru avec les participants du semi-marathon (eux ils sont au 17 ieme kilomètre seulement), ils ont la forme et mon moral en prends un coup ...  Je passe sous les jets d'eau mis en place. 

Il y a un super public, c'est motivant, beaucoup de personnes sont venues, par simple curiosité, ou pour soutenir leurs proches. C'est super jolie, ces monuments, ces boutiques, et ce ciel bleu. La chaleur est accablante, j'ai envie de me jeter dans une fontaine :) "toujours plus" .. 

C'est long mais je suis trop contente, rolala , je vois le panneau 40 kilomètre, je suis vraiment au bout de ma vie, j'ai envie d'un grand verre de Coca-cola, et de faire une grosse féte. Je penses à mes proches, j'ai trop hâte de passer cette ligne d'arrivée, qui va changer ma vie !!! 

 Nous arrivons, 41 km et la BIM LA COTE , rolaalaala !!!

On voit le bout enfin presque :) j'ai envie de pleurer, de crier de joie. C'est magique!!! On passe sous le chrono au bout de 4h07 . On est contente, nos montres affichent moins de 4 heures en temps réel.

 

Yes we can 

 



Retour en France.

 

Nous partons le lendemain . Que de bons souvenirs ... 

 

Heureuse d'avoir partagé autant de choses avec vous.

 

On ne peut pas décrire le sentiment qui nous parcours lorsque l'on passe la ligne d'arrivée avec ses amis .