24 heures Vélo au Circuit du Castellet.#LIV

C'est perdu entre deux cartons de déménagement que j'écris cet article, à quelques jours du Half ironman de Vichy, j'ai un peu d'inspiration et envie d'écrire sur cet événement, qui fera parti des moments forts de ma vie, que ce soit sur le plan personnel, émotionnel et physique. 

C'est la première fois que je rédige un article sous forme de FAQ, j'espère qu'il vous plaira. 

 

______VIDEO EN BAS DE  PAGE____


Comment en êtes-vous arrivé là ? 

L'histoire va surement vous paraitre étrange mais c'est en achetant mon vélo LIV au magasin Cyrpeo que je rencontre Marie, vendeuse au magasin et d'autres filles triathlètes avec leurs LIV. Nous prenons contact avec LIV qui décide de nous suivre dans ce défi. Tout va très vite, nous devenons ambassadrices, fières de représenter les valeurs de LIV et l'entraînement commence.

Bref, le destin, quatre vélos, quatre filles, "nous avons ouvert un livre et nous écrivons l'histoire depuis ce début d'année 2017."

Comment avez-vous préparé ces 24 heures d'endurance au circuit Paul Ricard ? 

"Nous n'avons pas vraiment changé nos entrainements, car nous sommes en préparation pour des triathlons, notamment des longues distances. Nous avons mis l'accent sur les entrainements le dernier mois surtout avec une moyenne de trois sorties vélo par semaine." 

Nous nous sommes entrainées ensemble parfois, seule souvent.. travail, vie personnelle, vacances, etc.. on est toutes/tous les mêmes je crois .


Comment étiez-vous organisé pour les relais ?

Nous avons choisi des relais d'une heure, nous étions une équipe de quatre, donc le calcul est simple : six heures chacune. 

On s'est mises d'accord autour d'un mojitos en ville le 2 aout, entourées de copains qui ont fait les 24 heures du Mans. "Dans ce genre de course, il faut de l'intensité et un maximum de fraicheur les filles en entrant sur le circuit. Le bon compromis serait des relais de une heure. Cela nous fait une pause de trois heures."

                                       

 C'était notre petite routine : Manger, dormir, rouler, re-manger, re-dormir 1h30, re-rouler ...etc 

Merci aux garçons et surtout aux mojitos pour les conseils concernant la notion de fraicheur dont je parle dans l'article, je pense qu'une photo portrait à la fin des 24 heures, aurait permis de voir l'ampleur des dégâts. 


Comment avez vous vécu l'expérience ? 

Je dirais WAHOUUUUUU , et elles diraient YEAHHHHHHHHHHHHH. C'était une expérience extraordinaire, organisée grâce à l'équipe LIV qui nous a soutenu et motivé tout le long de l'épreuve, c'est aussi grâce à eux que nous avons réussi à relever ce défi.

"Une expérience humaine sur un circuit de 5.8 km, le jour avec l'excitation du départ à 16 h 30; puis le couché de soleil, la nuit et la fraîcheur, le  lever de soleil sur nos yeux fatigués, la chaleur de midi et l'envie de finir ce tour de pendule."

 

Une course le temps d'une journée, les heures qui défilent, et nos pensées qui divaguent. Nous devons rester très concentré malgré la fatigue. "La nuit c'est une autre ambiance, une atmosphère ralentie, un esprit de solidarité qui né entre les équipes."

 

J'en ai des frissons en rédigeant, nous avons vraiment aimé cette expérience émouvante, nous attendions cette journée depuis longtemps, elle pointe enfin de bout de son nez et nous l'avons dévoré savoureusement, comme une bonne tartine Nutella après un an de régime :) 

Guilhem, kinésithérapeute résume avec ces trois mots : Découverte, enrichissement, joie 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelle alimentation avez-vous adopté ? 

Nous avons toutes des régimes particuliers, des habitudes et des préférences alimentaires.

"Nelly et son pain sans gluten, Laure et sa salade de riz, Valérie et ses riz au lait, son pain/jambon, moi avec mes gâteaux chocolat/caramel." 

Nous avons mangé des féculents, fruits, pain.. etc en petite quantité entre chaque relais, ainsi que sucre rapide. "Il faut s'alimenter avec des sucres rapides avant de repartir pour donner un maximum d'énergie au corps sur une courte durée."


Et la plus grande difficulté ? 

"La gestion de l'alimentation, avec la fatigue en plus c'est compliqué de digérer normalement." 

En effet, c'est très compliqué et pas naturel de se réveiller, s'habiller et d'aller rouler une heure. Puis de retour au paddock, il faut essayer de se détendre et faire descendre le taux d'hormones (elles augmentent avec la pratique du sport), s'alimenter et boire pour se recoucher à nouveau. 

"C'est dur de dormir, mais le plus difficile ce n'est pas la nuit mais le lendemain pour les derniers relais, avec l'accumulation de fatigue et de sport ainsi que la chaleur de la journée."

Et le plus beau souvenir ? 

"Mon relais de 6h30-7h30, avec le lever du soleil, un paysage magnifique, et des pensées positives. Une belle journée qui s'annonce. J'ai aimé ce moment de bonheur, un chocolat chaud le long du circuit."  Pour Valérie aussi c'est le plus beau souvenir, "mon relais de 5 heures 30 avec le lever de soleil sur les montagnes, c'était magique"

Pour Nelly c'est le relais à 4heures du matin "quand tout le monde dort, on dirait que te temps s'arrête, ambiance magique".

Laure a adoré rouler de nuit mais son moment préféré sera le tour de chauffe "c'était super, nous étions toutes ensemble à la découverte du circuit, j'avais tellement hâte de faire mon premier relais" 

Le final en quelques mots et l'après Castellet ? 

Nous avons fait honneur à LIV avec notre première place féminine, c'est un bonheur. Nous l'avons fait et le plus important: se surpasser et faire un truc qui nous donne envie, d'être soi-même. Nous ne sommes pas les plus fortes, nous ne sommes pas les plus canons, ni les plus riches, vous allez surement réagir à cet article dans votre petite tête... L'essentiel pour nous aujourd'hui c'est d'avoir vécu ce moment à fond, d'avoir partagé et dépassé nos limites sport/fatigue. Prouver que tout le monde peut faire des choses bien.

 

Après le castellet c'est du repos, mais aussi un trekking pour Laure, un half ironman pour Charlotte, des triathlons pour Nelly, des entrainements et cyclosportives pour Valérie.

..On ne roulera pas sur l'or, mais on a roulé au Castellet..